Topographie de la ville d’Argentoratum

Vers l’an 12 avant J.C., le fameux général romain Drusus choisit un îlot du domaine alluvial marécageux du Rhin, de l’Ill et de la Bruche pour y installer un site fortifié celte. Ce fortin militaire nommé Argentoratum, servit à surveiller et assurer les arrières des légions romains  qui se déplaçaient jusqu’à l’Elbe. Le site s’élargit au fur et en mesure ses frontières sous les règnes des empereurs romains Tibère et Trajan.

Carte topographique du camp romain d'Argentoratum

Le site fut plusieurs fois détruit et reconstruit. Au IVe siècle, le camp légionnaire s’abrita derrière un double rempart de pierre et de brique, ponctué de tours arrondies. Cette enceinte de 19 ha , a conservé son tracé d’origine dans la topographie de la ville, enserrée sur ses quatre côtés par des bras d’eau de l’Ill et de la Bruche

Le périmètre et les axes de l’enceinte sont encore en partie lisibles aujourd’hui dans le tracé des actuelles rues du Dôme correspondant à l’ancien cardo et la rue des Hallebardes correspondant à l’ancien decumanus d’Argentoratum.

Le périmètre et les axes du camp romain Argentoratum

Revenir au Camp romain Argentoratum